Haut

L’économie canadienne continue d’inquiéter les entreprises

FinalytixAutres L’économie canadienne continue d’inquiéter les entreprises

L’économie canadienne continue d’inquiéter les entreprises

pourcentage_fracture_crise_instable_425

L’économie canadienne continue d’inquiéter les entreprises

28 juillet 2016 | La rédaction |

 

Le plus récent sondage mené pour le compte de CPA Canada lève le voile sur les inquiétudes des comptables occupant des postes de direction dans les entreprises canadiennes.

Ils font preuve de peu d’optimisme quant aux promesses de l’économie canadienne dans la prochaine année. En fait, plus de la moitié des répondants ne se disent ni optimistes, ni pessimistes face aux perspectives de l’économie nationale, alors que plus du quart sont carrément pessimistes.

Le faible prix du pétrole est perçu comme un obstacle majeur à la croissance économique du pays, suivi du contexte politique aux États-Unis, et du Brexit, soit la décision récente des Britanniques de sortir de l’Union Européenne.

L’IMPACT DE LA GÉOPOLITIQUE

Les CPA sont très conscients du fait que l’économie canadienne est largement tributaire d’événements politiques ayant lieu chez ses partenaires commerciaux. Le contexte politique agité aux États-Unis et au Royaume-Uni ne peut donc que susciter de l’angoisse.

Du côté des États-Unis, l’économie ne se porte pas trop mal et la moitié des CPA est d’avis qu’elle continuera de croître. Mais environ sept comptables sur dix craignent que les positions politiques protectionnistes du futur président ou de la future présidente n’empêchent les entreprises canadiennes d’en profiter pleinement.

Quant au Brexit, quatre CPA sur dix croient qu’il aura une incidence sur l’économie canadienne et plus des trois quarts souhaitent la négociation rapide d’une entente commerciale avec le Royaume-Uni.

CROISSANCE TRANQUILLE

Lorsqu’ils regardent les douze prochains mois, près de la moitié (46 %) des CPA voient leur entreprise connaître une bonne performance. Plus de six sur dix jugent qu’elle connaîtra de la croissance et plus de la moitié soutient que ses bénéfices augmenteront. Un peu plus d’un tiers affirment qu’ils embaucheront au cours de la prochaine année, alors qu’un quart croient que leurs effectifs diminueront.

Chose certaine, ce ne sont pas les plus récentes prévisions du Conference Board du Canada qui leur redonnera de l’optimisme. En effet, il y a quelques jours, l’organisme révisait à la baisse ses prévisions de croissance pour le pays. L’économie canadienne ne devrait progresser que de 1,4 % en 2016, selon leur évaluation. Les principaux coupables de cette croissance modeste ? Les incendies de forêt de Fort McMurray, la morosité de l’économie mondiale et les faibles investissements des entreprises canadiennes.

À eux seuls, les incendies amputeront la croissance de 0,1 %, notamment en raison de l’interruption temporaire de la production de plusieurs sociétés d’exploitation de sables bitumineux.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire